Indexer les droits de scolarité comme le prix du lait

Il faut indexer les droits de scolarité non pas sur l’indice des prix à la consommation, mais sur le coût de la formation universitaire.

La première ministre Pauline Marois vient d'annuler la hausse des droits de scolarité universitaires fixée par le gou­vernement de Jean Cha­rest. En même temps, elle dit favoriser leur indexation sur l'indice des prix à la consom­ma­tion (le « coût de la vie »). Ils augmenteraient ainsi d'envi­ron 2 % par année. Comment juger de sa suggestion ?

Actuellement, l'étudiant doit payer 6 504 dollars en droits de scolarité pour une formation universitaire de trois ans au baccalauréat (2 168 dollars par année). Ottawa et Québec lui en remettent près du tiers en crédits d'impôt. La véritable somme que l'étudiant doit finalement débour­ser est de 4 389 dollars sur trois ans. Comme sa for­mation coûte en moyenne 60 000 dol­lars à l'établissement universitaire, sa contribution est de 7,3 % du total. (Je mets ici entre parenthèses le fait que 56 000 étudiants moins fortunés bénéficient en outre de prêts subventionnés et de bourses.)

Centre interuniversitaire sur le risque, les politiques économiques et l'emploi
ESG UQAM, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal (Québec) CANADA H3C 3P8
Madame Hélène Diatta  | Téléphone : 514 987-6181 | Télécopieur : 514 987-4707 | Courriel : diatta.helene@uqam.ca
Ce site utilise TYPO3 Réalisation: Équipe Tactic